LETTRE XII silhouet

Constance à l’Abbé de la Tour
Ce 12. Février 1795

Emilie craint l’approche de l’armée Angloise; plusieurs de ses parens sont dans cette armée..................................................... et poussant la prévoyance encore plus loin.........................................................................................................................140)
Elle a d’abord témoigné ses craintes à sa belle-mère, et nous a ensuite parlé à tous avec tant de raison, de délicatesse et141) de sensibilité, qu’elle auroit gagné nos cŒurs s’ils ne lui avoient pas déja appartenus.142) Théobald la regardoit comme s’il l’eût vue pour la première fois: il parloit d’elle comme s’il n’en eût jamais parlé. Ma mere, disoit-il, avouez que j’ai la meilleure comme la plus aimable des femmes. Combien je vous aime, ô mon Emilie, et combien je vous admire! Vous me rendez aussi vain que vous me rendez heureux.
Nous irons habiter, Emilie et moi, une petite ville où nous espérons n’être connus de personne. Le seul Lacroix viendra avec nous. Nous n’écrirons point et ne recevrons rien par la poste. Des paysans nous apporteront des nouvelles d’Altendorf.

Ce 13.

Dans ce moment il vient d’être résolu que nous emmenerions le vieux Baron; sa femme reste avec Théobald, les enfans et Josephine. Celle-ci est désolée. Eh mon Dieu, disoit-elle tout à l’heure, si ma Maîtresse s’accoutumoit à être servie par une autre que moi! Je lui ai promis d’être l’unique chambrière d’Emilie; ce qui malgré mon zèle lui laissera beaucoup à désirer. Théobald et Emilie font de vains efforts pour dissimuler leur extrême tristesse: l’un ne reste, l’autre ne va que pour assurer le repos de tout ce qui lui est cher. Voilà ce qu’ils ont répété mille fois. A peine143) sont-ils bien résolus. Il me semble, me disoit Emilie il n’y a qu’un instant, que dès que je serai montée en voiture, j’en descendrai et rentrerai ici avec vous; ne m’en empêchez pas si telle est ma folie. Oh j’ai tort; je vous supplie, au contraire, de m’obliger à partir. Non, a dit Madame d’Altendorf, vous serez libre toujours, et si je vous vois revenir une heure après être partie, ou le soir, ou le lendemain, je vous recevrai à bras ouverts. Sans doute, a ajouté le vieux Baron: vos motifs sont les nôtres, et nous changerons tous de pensée si vous prenez une autre résolution. Cette bonhomie extrême qui dans un autre moment nous auroit peut-être un peu divertis, nous a fait fondre en larmes. Théobald n’y pouvant tenir, est sorti du sallon. Mon pere, ma mere, a dit Emilie, croyez que si dans un autre départ je fus coupable, j’expie bien ma faute par celui-ci. Vous coupable! a dit le Baron; vous n’y pensez pas, et l’idée n’en est venue à personne. La Baronne l’a embrassée, en lui disant, ne voyez-vous pas que vous nous rendez tous heureux? Adieu, Monsieur l’Abbé. Nous partons demain avant jour.
J’ai encore le tems de répondre à votre lettre que je viens de recevoir. Vous me demandez si l’extrême rectitude de Théobald ne cause point quelques disputes entre lui et moi. Aucune. Dans le fond je suis de son avis, bien plus qu’il ne paroît. Trouvant fâcheux, pénible, et souverainement inutile, d’exiger la perfection tout haut et ostensiblement, je l’aime et la desire, et pour tout dire, je l’exige au-dedans de moi. L’expérience m’ordonne de m’attendre à des mécomptes, à ce sujet, de la part de ceux qui jusqu’ici m’ont inspiré une estime sans mêlange; mais je ne puis m’empêcher de compter sur eux, et je serois au désespoir s’ils réalisoient des inquiétudes que je trouverois raisonnable d’avoir plutôt que je ne les ai. Combien je pourrois devenir malheureuse! L’image d’Emilie dépravée, m’épouvanteroit encore plus que celle d’Emilie mourante. Dieu me préserve d’avoir à pleurer ses vertus! Josephine elle-même, quoique je ne compte pas absolument sur elle quant à ce qu’on appelle vertu144) chez les femmes, m’affligeroit si je la voyois retomber dans le vice opposé. Malgré ce que je lui devois de reconnoissance, malgré ses excellentes qualités, malgré ce que sa jolie personne avoit d’attrait et de charmes, j’avois peine dans les commencemens à vaincre le dégoût que m’inspiroit son désordre. Je le cachois ce dégoût; aujourd’hui il est détruit. Pauvre Josephine! Henri laisse entrevoir quelquefois qu’il voudroit bien qu’elle n’eût point entendu la route de Brême. Il aime, dit-il, la mer et les voyages maritimes: il pense que l’Amérique est le meilleur de tous les pays. Hier on lui demandoit, en voyant les deux petits Théobald au sein de leur charmante mere, lequel des deux il croyoit être le sien. Oh, que sais-je? dit-il en s’éloignant; l’un comme l’autre, peut-être. J’ai su cette dure anecdote de Josephine elle-même, auprès de laquelle je vins un moment après. Je lui demandai la cause des grosses larmes que je voyois tomber de ses yeux sur les visages innocens de ses deux nourrissons. Elle cache ses chagrins à Emilie, de peur qu’elle ne prenne Henri en aversion, ce qui seroit très-fâcheux, car Henri est entiérement dévoué à son Maître. Josephine donneroit beaucoup pour avoir été plus sage, et moi, Monsieur l’Abbé, quoique j’aime ma fortune, à cause de l’usage que j’en fais, j’en donnerois les trois quarts pour qu’il me restât de moins fâcheux souvenirs de ceux à qui je la dois. Je la regarde comme bien à moi, cette fortune, croyez qu’autrement j’y renoncerois, et j’ai pourtant un grand besoin d’elle pour me distraire et m’étourdir. Oh! la rectitude est bonne. Je n’aurai point de dispute avec Théobald. Je respecte tous les scrupules, les scrupules religieux, les scrupules de l’honneur, enfin tous, ceux même qui n’auroient point de nom, et jusqu’à la soumission à des loix que rien ne sanctionneroit. Mon esprit, si ennemi de tous les autres galimathias, respectera toujours celui-ci. J’aimerai toujours à145) voir l’extrême délicatesse se soumettre à des régles qu’elle ne peut définir, et dont elle ne sait pas146) d’où elles émanent.

Fin




HOME